Le photovoltaïque : le nouveau béton à l’horizon 2020

Des surfaces horizontales aux surfaces verticales

Jusqu’à récemment, les grosses installations photovoltaïques étaient majoritairement installées sur des champs, des fermes solaires plus récemment sur des plans d’eau. En tous cas les panneaux photovoltaïques occupaient uniquement des surfaces horizontales avec néanmoins une inclinaison dépendant de la latitude afin d’y chercher les plus hauts rendements.

Aujourd’hui, la technologie solaire permet des rendements des plus en plus élevés si bien qu’on peut aussi les utiliser sur des surfaces verticales, la perte de rendement étant relativement réduite et le coût de l’investissement compensé par la baisse phénoménale du prix des modules photovoltaïques. La production solaire photovoltaïque devient rentable sur les surfaces verticales telles que celles des façades des bâtiments et de n’importe quelle surface de ces construction pour peu qu’elles soient globalement exposées au sud.

Nouvelles réglementations toujours plus exigeantes

L’évolution technologique est aussi accompagnée et encouragée par une règlementation toujours plus exigeante en matière de consommation d’énergie pour l’habitat et les immeubles des collectivités.

Depuis fin 2012, le gouvernement Français a établi de nouvelles règles pour la construction de nouveaux logements. Toutes les constructions neuves doivent être des maisons BBC, ce qui signifie à basse consommation d’énergie, ce qui équivaut à une consommation d’énergie entre 40 et 65 kWh par m² et par an. Dès 2020, toute nouvelle habitation sera équipée en systèmes engendrant de l’énergie positive.

Cette nouvelle réglementation offre de nouvelles opportunités de business aux entreprises offrant des solutions en matière de production d’énergie et des technologies d’exploitation de l’énergie solaire sur toutes les surfaces des immeubles.

Mettre du S’Tile dans le solaire intégré aux bâti

« S’Tile vise le développement des produits typiquement BIPV (Building-Integrated Photovoltaics) « explique Alain Straboni, CEO de la société. « cela va de la couverture des façades par du bardage, les garde-corps sur balcon, fenêtre ou toit terrasse ou encore des brise-soleil constitués de panneaux protégeant les vitrages de l’effet de serre.

Souvent constitués de deux verres et partiellement transparents lorsqu’ils protègent des éléments de vitrage afin de laisser filtrer la lumière, l’esthétique, pour ces applications,  est tout à fait indispensable. La beauté des modules combiné à leur grande efficacité de conversion photovoltaïque constituent les avantages essentiels qui permettent à notre société la différentiation  nécessaire pour occuper ce marché en pleine croissance.

Depuis une année, nous développons de nouvelles solutions technologiques pour intégrer avec S’Tile de nouvelles tuiles solaires sur les toits des résidences .

Nous sommes également impliqués dans le projet Solaire BATIKOOL qui a été sélectionné pour le concours Solar Decathlon de DUBAI 2017. L’objectif est de créer une maison à énergie positive destinée aux pays à fort ensoleilement qui sera exposée à Dubaï. Nous allons équiper la maison d’une couverture photovoltaïque rétractable pour y produire de l’électricité le jour et pour laisser pénétrer l’air frais la nuit ».

Pour le projet du Solar Decathlon, S’Tile a rejoint un consortium où figurent aussi Saint Gobin pour les isolants, Terreal pour le bardage; l’école d’Architecture et l’Université de Bordeaux ainsi qu’Epsylon Composite pour les éléments de structure supportant les éléments photovoltaïques. Le projet ouvrira la voie vers la commercialisation de cette  nouvelle couverture solaire pour des utilisations du type de pergola, marquises ou vérandas,  autant dire que le futur de l’énergie est de plus en plus visible et clairement solaire ».

Cet article a été posté dans BIPV. Sauvegardez le lien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*