Le photovoltaïque : le nouveau béton à l’horizon 2020

Des surfaces horizontales aux surfaces verticales

Jusqu’à récemment, les grosses installations photovoltaïques étaient majoritairement installées sur des champs, des fermes solaires plus récemment sur des plans d’eau. En tous cas les panneaux photovoltaïques occupaient uniquement des surfaces horizontales avec néanmoins une inclinaison dépendant de la latitude afin d’y chercher les plus hauts rendements.

Aujourd’hui, la technologie solaire permet des rendements des plus en plus élevés si bien qu’on peut aussi les utiliser sur des surfaces verticales, la perte de rendement étant relativement réduite et le coût de l’investissement compensé par la baisse phénoménale du prix des modules photovoltaïques. La production solaire photovoltaïque devient rentable sur les surfaces verticales telles que celles des façades des bâtiments et de n’importe quelle surface de ces construction pour peu qu’elles soient globalement exposées au sud.

Nouvelles réglementations toujours plus exigeantes

L’évolution technologique est aussi accompagnée et encouragée par une règlementation toujours plus exigeante en matière de consommation d’énergie pour l’habitat et les immeubles des collectivités.

Depuis fin 2012, le gouvernement Français a établi de nouvelles règles pour la construction de nouveaux logements. Toutes les constructions neuves doivent être des maisons BBC, ce qui signifie à basse consommation d’énergie, ce qui équivaut à une consommation d’énergie entre 40 et 65 kWh par m² et par an. Dès 2020, toute nouvelle habitation sera équipée en systèmes engendrant de l’énergie positive.

Cette nouvelle réglementation offre de nouvelles opportunités de business aux entreprises offrant des solutions en matière de production d’énergie et des technologies d’exploitation de l’énergie solaire sur toutes les surfaces des immeubles.

Mettre du S’Tile dans le solaire intégré aux bâti

« S’Tile vise le développement des produits typiquement BIPV (Building-Integrated Photovoltaics) « explique Alain Straboni, CEO de la société. « cela va de la couverture des façades par du bardage, les garde-corps sur balcon, fenêtre ou toit terrasse ou encore des brise-soleil constitués de panneaux protégeant les vitrages de l’effet de serre.

Souvent constitués de deux verres et partiellement transparents lorsqu’ils protègent des éléments de vitrage afin de laisser filtrer la lumière, l’esthétique, pour ces applications,  est tout à fait indispensable. La beauté des modules combiné à leur grande efficacité de conversion photovoltaïque constituent les avantages essentiels qui permettent à notre société la différentiation  nécessaire pour occuper ce marché en pleine croissance.

Depuis une année, nous développons de nouvelles solutions technologiques pour intégrer avec S’Tile de nouvelles tuiles solaires sur les toits des résidences .

Nous sommes également impliqués dans le projet Solaire BATIKOOL qui a été sélectionné pour le concours Solar Decathlon de DUBAI 2017. L’objectif est de créer une maison à énergie positive destinée aux pays à fort ensoleilement qui sera exposée à Dubaï. Nous allons équiper la maison d’une couverture photovoltaïque rétractable pour y produire de l’électricité le jour et pour laisser pénétrer l’air frais la nuit ».

Pour le projet du Solar Decathlon, S’Tile a rejoint un consortium où figurent aussi Saint Gobin pour les isolants, Terreal pour le bardage; l’école d’Architecture et l’Université de Bordeaux ainsi qu’Epsylon Composite pour les éléments de structure supportant les éléments photovoltaïques. Le projet ouvrira la voie vers la commercialisation de cette  nouvelle couverture solaire pour des utilisations du type de pergola, marquises ou vérandas,  autant dire que le futur de l’énergie est de plus en plus visible et clairement solaire ».

Posté dans BIPV | Laisser un commentaire

Quels sont les enjeux d’une ville intelligente et durable ?

smart city

Avec les nouveaux enjeux climatiques et sanitaires actuels, la France et la majorité des pays du continent Européen ou même du monde, ont mis en exergue la nécessité d’aller vers des démarches politiques et sociales plus écoresponsables.
Si à l’échelle nationale, un immense chantier attend tous les pays inscrits dans cette démarche, c’est bien à l’échelle locale des villes que tout se joue en premier. Ainsi sont apparus les concepts de ville durable et de ville intelligente. La ville durable peut se décrire en 4 caractéristiques :

  1. C’est une ville qui sait regarder ses anciens modèles de production et de consommation avec un certain recul et qui, par voie de conséquence, établira ses points forts et ses points faibles, afin d’aller vers un système fonctionnel et stable dans le temps.
  2. C’est une ville qui sait offrir une même qualité de vie dans toute sa circonscription en ayant le moins possible de différence entre les différents lieux ou cadres de vie. L’un des principes les plus modernes pour en arriver là, est celui de la mixité fonctionnelle, contre l’idée plus archaïque de la compartimentation des tâches dans un système.
  3. C’est une ville qui, pour atteindre ses objectifs, instaure une vraie politique locale et cohérente avec ses infrastructures actuelles et les possibilités d’évolution qu’elle se donne.
  4. Enfin, une ville durable est une ville qui assure une répartition de la production énergétique en arborescence en partant de points de production afin de réduire les couts liés à la distribution de l’énergie tout en étant plus proche des besoins d’usage de citoyens

Lyon Smart CityEt c’est ainsi qu’aujourd’hui, la France peut s’enorgueillir de compter dans son territoire, une dizaine de villes durables. En effet, la région du Grand Lyon, la ville de Grenoble, ou encore Strasbourg font partie de la grande famille des villes de demain ! D’autres villes, comme Paris et Marseille font des efforts pour rendre leurs quartiers plus humains et intelligents.
Notons enfin que le concept de ville intelligente vient tout simplement compléter celui de la ville durable. Ce concept met en avant toute la technologie, les automatismes, les systèmes de contrôle et l’utilisation des nouveaux moyens de production d’énergie renouvelable dans le milieu urbain, pour aider à la démarche d’une ville durable.
Parmi ces technologies, les cellules et modules photovoltaïques sont des alliés de poids !

Le photovoltaïque intégré aux bâtiments pour une ville durable

De plus en plus de villes, de collectivités locales et citoyennes, choisissent l’installation de modules photovoltaïques pour leur lieu de vie. En cause, la multitude d’avantages que les panneaux solaires peuvent procurer :

  • Ils représentent une vraie alternative durable et fiable aux énergies dites fossiles.
  • Ils réduisent considérablement l’impact environnemental d’une ville.
  • Ils luttent contre l’effet de serre, problème majeur de notre siècle.
  • L’énergie solaire est disponible abondamment en plus d’être propre et donc renouvelable.

Installés pour faire fonctionner des détecteurs de présence pour les feux ou les panneaux d’informations, les cellules photovoltaïques s’adaptent parfaitement au milieu urbain. Les panneaux solaires produisant de grandes quantités d’énergie peuvent, quant à eux, trouver leur place au sein de nouveaux bâtiments ou sur les toits d’anciennes constructions.

Dans tous les cas, la ville durable et intelligente n’est plus une option, ni même une idée, mais bien l’avenir de l’urbanisme. Et aujourd’hui, grâce aux avancées technologiques et dans l’intérêt de tous, les panneaux photovoltaïques trouvent naturellement leur place dans les villes.

Chez S’Tile, nous sommes très actifs pour proposer de nouvelles solutions aux acteurs du bâtiment comme : intégrer nos cellules et modules aux toits des maisons afin de contribuer à une utilisation plus intelligente des ressources naturelles. Dans ce contexte, nous avons activé un partenariat avec l’entreprise belge, Smart Roof, avec laquelle nous intégrons nos modules aux tuiles de maisons.

En matière production d’énergie délocalisée, nous avons également gagné un appel à projet pour intégrer nos modules à un champs photovoltaïque sur une ancienne carrière au tour de la métropole de Montpellier.

Dans le contexte du mobilier urbain, nous avons démarré plusieurs partenariats industriels et commerciaux avec des entreprises européennes pour équiper des luminaires solaires avec nos cellules. Une entreprise autrichienne et plusieurs entreprises française, dont Sunna Design, ont fait appel à nous pour la fabrication et approvisionnement de leurs modules solaires très esthétiques.

Nous nous réjouissons de cette tendance à démocratiser le solaire dans tous nos lieux de vie en ville et à la maison, c’est un signe évident d’une conscience collective qui œuvre pour une ville plus durable et plus respectueuse de l’environnement.

Posté dans BIPV, S'Tile | Laisser un commentaire

S’Tile s’associe avec SmartRoof pour produire et commercialiser la nouvelle tuile solaire Cerasolpan

image toit avec tuiles solaire une

Depuis ses débuts, S’Tile se positionne sur un marché de niche : celui de la production de modules spéciaux customisés pour servir les nouveaux marchés du BIPV, le mobilier urbain et les dispositifs nomades.

Dans ce cadre, depuis peu nous collaborons avec la société Belge SmartRoof : spécialisée dans la production de tuiles solaires. Notre partenariat a pris forme d’une manière très naturelle et représente ainsi la suite logique de notre complémentarité.

Aujourd’hui, nous vous présentons Lode, CEO de SmartRoof, notre nouveau partenaire pour la création de tuiles solaires destinées à être installées sur les toits de maisons individuelles.

Pouvez-vous nous dire quelles sont les origines de SmartRoof?

Nous avons eu l’idée de créer Smartroof en 2007/2008 après avoir constaté que les modules photovoltaïques n’étaient pas forcément beaux à voir sur les toits des maisons. Nous avons alors pensé à l’aspect esthétique afin d’introduire des éléments photovoltaïques sur les toits.

Nous avons ainsi produit des tuiles solaires : notre première tuile solaire, RenoSolpan qui porte sur sa surface des cellules photovoltaïques à un rendement, 75 Wc/m². Ensuite nous avons produit la NeoSolPan avec un rendement de 125 Wc/m². Nous proposons nos tuiles solaires aux maisons individuelles.

Notre force est de produire des tuiles solaires qui n’apportent pas de changements dans le travail de pose classique. Puis, à la différence des cellules solaires intégrées aux façades, les tuiles permettent une meilleure orientation au soleil et sont ainsi plus efficaces dans la production d’énergie électrique.

Pouvez-vous nous dire comment vous vous êtes rapprochés de S’Tile ?

TBB The Business Booster BarcelonaNous avons d’abord découvert S’Tile sur internet. Puis, nous nous sommes rencontrés à Intersolar 2016 et ensuite à TBB Innoenergy (qui nous accompagne). Afin de mieux se connaître, nous nous sommes rendus à Poitiers pour visiter leurs installations et comprendre comment nous pouvons collaborer. Nous avons pris en compte leurs contraintes et eux les nôtres afin de produire des cellules à intégrer à nos tuiles. Nous sommes tombés d’accord pour activer une collaboration et avons rapidement créé un prototype que nous avons récemment présenté à Batibouw – Bruxelles.

Comment les visiteurs de Batibouw ont accueilli le nouveau prototype de tuile solaire issue de la collaboration avec S’Tile ?

Les clients ont donné des avis très favorables à propos des rendements de cellules de S’Tile. La puissance attendue pour cette nouvelle tuile solaire sers supérieure à 150 W/m2 soit une augmentation de 20% ; une puissance par unité de surface, par ailleurs, proche de celle des grands Modules. Avec l’esthétique en plus.

 

Quels perspectives sur le marché en Belgique et en Europe pour la tuile solaire?

Les perspectives sont plutôt prometteuses car la nouvelle tuile solaire présente un plus haut rendement et puis elle est moins chère par rapport à une installation photovoltaïque classique avec des modules et une nouvelle couverture de toiture en céramique.

Nous visons en première instance le marché belge et ensuite l’Europe et particulièrement les nouvelles constructions et les rénovations de toiture des maisons individuelles haut de gamme.

Les dispositifs réglementaires nous aident aussi car la loi a rendu quasiment obligatoire pour les nouvelles constructions d’opter pour des installations pour la production d’énergies renouvelables : pompes à chaleur, solaire thermique et photovoltaïque. Puis, l’énergie électrique du réseau et de plus en plus chère, cela permet d’avoir un ROI sur seulement 8 ans pour une installation avec nos tuiles solaires en Belgique.

Comment vous voyez votre collaboration avec S’Tile ?

Nous sommes parfaitement complémentaires, nous venons de signer un contrat de 3 ans avec eux pour intégrer leurs cellules à nos tuiles. Nous allons proposer les tuiles en Belgique et espérons le faire aussi en France, car notre pays voisin constitue aussi une belle opportunité marché pour nous.

Quelles sont les prochaines étapes pour voir la tuile solaire SmartRoof/S’Tile ?

Au cours des prochains mois, nous comptons acquérir les certifications européennes pour la mise sur le marché et nous allons présenter SmartRoof en grand pompe au salon Intersolar 2017, à Munich. Nous comptons ainsi démarrer la commercialisation et la pose à l’automne/hiver 2017.

 

 

 

Posté dans BIPV | Tagged | Laisser un commentaire

Un stand à Intersolar pour S’Tile, concepteur et producteur de modules photovoltaïques spécifiques. Entretien avec Alain Straboni 

Le salon Intersolar est un rdv incontournable pour les acteurs du photovoltaïque en Europe : producteurs, distributeurs, fournisseurs de service. Il s’agit d’un lieu privilégié où découvrir : les dernières tendances, technologies et produits en matière de photovoltaïque.

Cette année, le salon met en valeur le partenariat technologique et commercial entre l’Allemagne et la France. Fin Août 2016 un appel d’offres a été lancé par la ministre de l’Environnement pour la construction de 3 miliards de W (GW) de nouvelles centrales solaires d’ici 2019. Un autre appel d’offres  vise à soutenir des technologies et des installations solaires innovantes, devrait permettre à S’Tile de proposer ses modules innovants Linea. Notre société ne peut que se réjouir de ces politiques publiques qui vont permettre accélérer le déploiement du solaire et renforcer la part des énergies propres dans le mix énergétique français.

Cette année encore, S’Tile participera à Intersolar avec l’objectif de mieux faire connaitre son positionnement sur le marché, en tant qu’acteur français concepteur et producteur de modules photovoltaïques spécifiques.

Nous rencontrons ici le CEO, Alain Straboni, pour mieux élucider nos attentes et et comprendre les objectifs avec Intersolar en ligne de mire.

Alain, nous nous approchons de la prochaine édition d’Intersolar à Munich, comment S’Tile se prépare à cette nouvelle édition et quelles sont vos attentes ?

S’Tile se positionne dans la production de modules spécifiques à la fois bpuissants et esthétiques et pour cela nous sommes attentifs au développement du photovoltaïque couplé à des fonctionnalités d’éclairage ou bien intégré au bâtiment (BPIV), mais également à des systèmes autonomes avec recharge de batteries pour voiture ou vélo électrique, ainsi que tous les ensembles de production d’énergie interconnectés mais non reliés au réseau ce qu’on appelle le smart off grid. Toutes ces évolutions représentent pour nous d’énormes opportunités commerciales.  Le mobilier urbain est en effet, demandeur de modules spécifiques . En guise d’exemple, les lampadaires solaires off grid ont recours à des modules spécifiques, à la fois puissants en surface et présentant des tensions de sortie adaptables car raccordés à des systèmes de charge de batteries. Pour celles-ci  des tensions de  12, 24 ou 36 volts seront demandées pour des surfaces variables.  Nous sommes très bien positionnés pour proposer des solutions spécifiques à la demande.

Sur des applications visibles par le public, en intégration à l’architecture, en ombrières ou sur des mobiliers urbains, nous pouvons proposer des modules spécifiques adaptés et dotés d’une esthétique aux motifs originaux, comme nous l’avons fait l’année dernière avec les cellules biomimétiques au design s’inspirant des feuilles.

Comment S’Tile arrive à cette nouvelle édition d’Intersolar ? Pouvez-vous retracer les dernières réussites et challenges de S’Tile ?

La dernière édition d’Intersolar nous a permis de rencontrer différents partenaires comme la société belge Smartroof avec laquelle nous avons démarré une collaboration pour intégrer à des tuiles nos modules photovoltaïques pour des couvertures de toit de maisons individuelles.  Une nouvelle solution qui permet de garder quasi intacte l’esthétique d’une maison souvent entravé par la pose de panneaux photovoltaïques classiques.

totem Sunna avec StileActuellement, nous travaillons aussi avec Sunna Design sur des totems d’éclairage. Sur les faces des supports luminaires nous avons réalisé des modules longilignes qui sont très beaux et uniformes grâce à l’absence des busbar , ces connections de cuivre en face avant des cellules qui à la fois en dégradent l’esthétique et masquent la lumière en provoquant une perte de puissance. Aujourd’hui, Sunna Design a positionné les totems dans leur parking en tant que démonstrateurs ;  nous espérons qu’ils déclencheront des ventes.

Nous travaillons également sur une commande importante d’installation solaire avec la ville de Montpellier pour équiper un espace public avec une ombrière équipée de nos modules photovoltaïques.

Notre objectif est de prendre une part significative du marché photovoltaïque en France et en Europe avec une attention particulière vis-à-vis des projets d’intégration à l’architecture et au mobilier urbain.

Au cours des éditions précédentes quelles sont les moments que vous gardez plus en mémoire pour vous et S’Tile ?

module biomimethique

Je garde un très bon souvenir de notre présentation à Intersolar 2016 de nos modules avec la cellule au motif biomimétique, elle y a été saluée avec beaucoup d’enthousiasme. Nous avions déjà présenté nos modules sans busbar au SNEC PV POWER EXPO à Shangaï en Chine, le plus grand salon du monde du photovoltaïque, où aussi notre nouveauté a été accueillie avec beaucoup de curiosité mais c’est surtout à Munich que nous avons connu le plus franc succès.

Au salon Intersolar quels sont les profils d’experts, entreprises, investisseurs que vous recherchez à rencontrer ?

Nous souhaitons rencontrer les acteurs du mobilier urbain et du bâtiment pour développer des collaborations commerciales. Mais nous sommes aussi intéressés pour rencontrer des partenaires fournisseurs de nouveaux matériaux, telles que les verres pour le solaire, les plaquettes de silicium etc. ainsi que des fabricants d’équipements pour la production de cellules et modules photovoltaïques.

Nous vous donnons donc rdv à Munich en Juin prochain et si d’ici là vous souhaitez nous faire part d’un projet pour une collaboration, vous pouvez le faire déjà sur notre site, ici! à bientôt !

Posté dans S'Tile | Commentaires fermés sur Un stand à Intersolar pour S’Tile, concepteur et producteur de modules photovoltaïques spécifiques. Entretien avec Alain Straboni 

Solaire, énergies renouvelables, 2016 : quel bilan en tirer ?

A l’aube de 2017, il est temps de tirer un bilan de l’année qui vient de se terminer. Si 2016 a été une année riche pour S’Tile, avec la finalisation de notre ligne de production, l’entrée en commercialisation de nos produits, notre récompense au H2020 et le dévoilement de nos designs, il en est de même pour le secteur photovoltaïque. Petit tour d’horizon.

Une année dynamique pour les énergies renouvelables

2015 fut intéressante dans le sens où elle a permis à la majorité des pays du monde de disposer de politiques d’appui aux énergies renouvelables. En 2016, ces politiques ont bénéficié d’un regain d’intérêt, au titre des eŠfforts mondiaux de la COP21 tenue à Paris en vue d’atténuer les effŠets du changement climatique.

Ainsi, l’éolien et le solaire photovoltaïque ont enregistré des augmentations record pour la deuxième année consécutive, en assumant environ 77 % des nouvelles installations, le pourcentage restant étant principalement les infrastructures hydroélectriques. De plus, la capacité électrique renouvelable installée annuellement, dépasse la nouvelle capacité électrique tous combustibles fossiles confondus. Il est estimé qu’à la fin de 2015, la capacité de production électrique renouvelable installée permettait d’assurer 23,7 % de la production électrique mondiale.

Déjà en 2015, le marché annuel était, à lui seul, près de 10 fois supérieur à la capacité mondiale cumulée d’énergie solaire photovoltaïque d’il y a dix ans. La Chine, le Japon et les États-Unis ont de nouveau fourni la majorité de la capacité ajoutée.

En France, à l’automne, lors de la publication pluriannuelle de l’énergie par le ministère de l’énergie, les énergies vertes ont reçu la palme d’or. L’ambition affichée étant de tripler la puissance installée du solaire à l’horizon 2023, et de multiplier par 2 ou 2,5 l’éolien.

Des prix de plus en plus accessibles

C’est un fait, les énergies renouvelables sont de plus en plus compétitives, un signe indéniable des avancées de la technologie. La résultante est ainsi des prix en constante baisse. Dans le solaire, les centrales au sol s’établissent désormais autour de 70 euros le mégawattheure (MWh), soit un seuil très proche des énergies traditionnelles. Pour le solaire réservé aux moyennes toitures, le prix est plus important autour de 110 euros le MWh. Mais ce secteur est amené à évoluer par la suite.

Enfin, et c’est à noter, l’énergie solaire, pour la première fois, devient la nouvelle électricité la moins chère sur le marché. 2016 fut ainsi un tournant, le solaire devenant moins cher que l’éolien.

1

De nombreux projets de grandes entreprises vont dans la direction de la démocratisation du solaire, comme nous avons pu le voir en fin d’année avec Tesla. Le futur s’annonce ainsi des plus intéressants pour notre secteur d’activité.

Posté dans GreenTech | Tagged , | Commentaires fermés sur Solaire, énergies renouvelables, 2016 : quel bilan en tirer ?

Entretien exclusif avec Alain Straboni, CEO de S’Tile

Nous avons pu rencontrer le CEO de S’Tile, Alain Straboni, lors du Salon Pollutec à Lyon. Au menu, les derniers salons de S’Tile, la ligne Linéa, et l’actualité de S’Tile. Continue reading

Posté dans S'Tile | Tagged , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur Entretien exclusif avec Alain Straboni, CEO de S’Tile

Le solaire chinois, opportunité ou danger pour l’Union Européenne ?

En mai, la Commission européenne a annoncé qu’elle maintiendrait des mesures restrictives sur les importations de panneaux solaires chinois. Ces mesures anti-dumping visent à protéger la commercialisation des cellules et modules solaires européens en fixant un prix d’achat minimum sur les composants ou produits solaires. Directement qualifiées de déloyales par les producteurs chinois, elles sont aujourd’hui dénoncées par plus de 400 entreprises européennes. Il est ainsi question, pour l’Union Européenne, d’évaluer si le maintien de mesures prohibitives sur le solaire chinois est dans son intérêt.

Un protectionnisme européen dans le secteur photovoltaïque

Pour se remettre dans le contexte, la production chinoise de panneaux solaires est très importante et dépasse maintenant la demande mondiale. Les producteurs chinois contrôlent ainsi près de 80% du marché européen alors qu’ils en étaient absents il y a une dizaine d’année. Ceci a un impact sur les prix. En effet, les panneaux produits en Chine étaient vendus jusqu’à 45% moins chers que ceux fabriqués sur le territoire européen. En 2013, l’afflux de panneaux solaires chinois bon marché avait entraîné la disparition de nombreux producteurs de panneaux européens.

La Commission Européenne a alors souhaité réguler le commerce entre la Chine et l’Union Européenne par l’instauration de barrières tarifaires plus contraignantes, symbolisées par une augmentation des droits de douanes sur les produits solaires importés et l’instauration d’un prix minimum d’importation, à 56 centimes par watt fourni.

Une décision qui ne fait pas l’unanimité

Baisse de la compétitivité, perte de dynamisme du marché… Près de 400 entreprises européennes et des ONG de protection de l’environnement ont récemment dénoncé ces mesures. Selon elles, le prix des panneaux s’en trouve augmenté et le déploiement du solaire ralentit actuellement. L’accord de Paris avait fixé des objectifs en termes de climat et l’énergie solaire est une technologie clé. Davantage qu’une problématique commerciale, il s’agit d’une vraie nécessité environnementale.

Faisant suite à l’envoi d’une lettre auprès de la Commission Européenne, 5 grandes ONG de protection de l’environnement, dont Greenpeace, ont fait part de leur mécontentement : « Pour relancer une croissance durable dans notre secteur, pour relancer l’emploi dans nos entreprises, pour continuer de voir le solaire se développer en Europe, ces mesures commerciales doivent être abandonnées. »

Car c’est également pour le secteur de l’emploi que ces mesures s’avèrent néfastes. Le cabinet d’études Ernst & Young a ainsi indiqué que 55 000 emplois pourraient être créés d’ici à 2020 dans la chaine logistique du solaire en UE.

Face à ce mouvement, l’association EU ProSun prône le maintien des mesures antidumping. Représentant 30 fabricants de cellules ou de modules européens, dont l’allemand SolarWorld qui déclare avoir maintenu nombre de ses emplois grâce à ces mesures, l’association exprime son opposition à tout changement. Par la voix de Milan Nitzschke, président de EU ProSun et porte-parole de SolarWorld, l’association explique que : « Les panneaux chinois sont toujours lourdement subventionnés. Certains installateurs veulent acheter des panneaux chinois low cost pour augmenter leurs marges, mais rien ne dit que cela doperait le marché du solaire en Europe, davantage plombé par l’insécurité réglementaire que par les coûts. »

Concurrence équitable, démocratisation de l’énergie solaire, l’Union Européenne doit choisir entre la protection de ses producteurs de cellules et modules et une baisse des coûts des installations par la libre concurrence. Au final, nous aurons la réponse en mars 2017. La Commission Européenne décidera alors si elle maintiendra les mesures en l’état, si elle les supprimera, ou si, dans une demi-mesure, elle réduira le prix minimum des panneaux solaires importés depuis la Chine.

Posté dans Secteur PV | Tagged , , , , , , , | Commentaires fermés sur Le solaire chinois, opportunité ou danger pour l’Union Européenne ?

Le BIPV, qu’est-ce que c’est ?

Depuis quelques temps, nous vous parlons du BIPV. Petit tour d’horizon sur cette pratique promise à un avenir faste.

Le BIPV, une architecture responsable

L’acronyme anglais BIPV, pour Building Integrated PhotoVoltaics, est un terme utilisé dans la construction. Il s’agit de l’intégration de panneaux photovoltaïques dans la structure de l’édifice, qui se substitue aux éléments vitrés ou opaques de l’enveloppe du bâtiment. Le BIPV a ainsi une double fonction, par le remplacement d’un matériau de revêtement classique et la production d’énergie renouvelable.
Il y a donc une baisse de la consommation d’énergie (électricité, chauffage). L’objectif, si ce n’est de créer des bâtiments à énergie positive, est d’atteindre un équilibre production/consommation d’énergie.
L’intégration se fait lors de la conception des plans de constructions des bâtiments ou avant une rénovation. Lors de travaux de rénovation énergétique, l’expression architecturale est contrainte par l’intégration de panneaux photovoltaïques, mais cela peut se traduire par le développement de solutions innovantes.
S’agissant des bâtiments anciens, ils ne répondent souvent pas aux normes actuelles de durabilité et d’efficacité énergétique. L’intégration des panneaux photovoltaïques est alors une solution pour améliorer les conditions énergétiques des bâtiments anciens.

 

Insérer le photovoltaïque tout en préservant l’esthétisme

Ces intégrations fonctionnelles peuvent s’accompagner d’intégrations architecturales, en faisant appel à des notions esthétiques. L’habillage d’un building est une contrainte mais constitue un réel marché pour ces panneaux « intégrés au bâti ». De nombreux projets voient ainsi le jour ; sur façades ou sur toits, on trouve de nombreuses applications au BIPV.

De plus, l’intégration des panneaux provoque un faible impact visuel. Le BIPV représente une technique novatrice et fait passer une message positif auprès du grand public. Technologie actuelle et d’avenir, il s’agit ainsi d’un argument de vente dont certaines enseignes s’emparent pour développer leur image.

 

S’Tile et le BIPV

Nous vous avons dévoilé, lors de l’événement Intersolar, notre nouveau « design feuilles« . Outre l’aspect technique relatif à tout module solaire, notre module s’inspirait directement de la photosynthèse pour une connexion optimale du courant dans chacun des points de la cellule. L’esthétique du module nous ouvre alors un nouveau marché. Avec ce design, créé pour habiller les bâtiments, nous nous adressons au secteur du BIPV. C’est dans ce cadre que nous avons été récompensés par l’Union Européenne, pour notre projet STILORMADE. Découvrez en davantage sur l’article dédié. Enfin, S’Tile fait également des modules en couleur uniforme noire, qui donne une esthétique collant parfaitement au BIPV.

BIPV S'Tile solaire cellule photovoltaïque

Module S’Tile en couleur noir uniforme

 

➡ Retrouvez toutes nos actualités et celles de notre écosystème sur
nos réseaux sociaux Facebook, LinkedInTwitter et Google+

Posté dans Secteur PV | Tagged , , , | Commentaires fermés sur Le BIPV, qu’est-ce que c’est ?

S’Tile, lauréat d’un projet européen avec STILORMADE

Dans le cadre du programme Horizon 2020, S’Tile a voulu faire valoir sa technologie en montant un projet européen FTI (FastTrack To Innovation) : STILORMADE. Ce projet qui réunit un consortium international composé de cinq acteurs, académiques et industriels a pour objectif de développer une plateforme technologique innovante pour la fabrication de modules photovoltaïques customisés à haut rendement et à coût relativement compétitif en utilisant le concept i-Cell développé par S’Tile.

Le programme Horizon 2020 regroupe les financements de l’Union Européenne en matière de recherche et d’innovation et s’articule autour de trois grandes priorités : l’excellence scientifique, la primauté industrielle et les défis sociétaux.

Le 11 août dernier, la Commission Européenne a publié les résultats du FastTrack To Innovation. Ce nouvel outil de financement de projets collaboratifs proches du marché offre une formidable opportunité aux entreprises. Il vise à soutenir des projets de R&D et d’innovation qui aboutiront à la commercialisation à très court terme de produits, services ou procédés innovants.

15 projets impliquant 70 partenaires dans 19 Etats se sont vus octroyés des fonds pour apporter leurs innovations sur le marché plus rapidement.

3 entreprises françaises ont ainsi été récompensées : Anthogyr et Livanova dans le domaine médical, et S’Tile pour le projet STILORMADE. Coordinateur de ce projet, S’Tile est accompagné de 4 partenaires : l’Université technique de Vienne, Acciona, Gautier SAS et DST Cleantech.

Acciona - STILORMADE

Gautier SAS - STILORMADE

DST Cleantech - STILORMADE

Université Technique de Vienne - STILORMADE

 

 

 

 

 

 

Un projet axé BIPV* et infrastructures

Ce projet a pour but d’aider à la finalisation de modules photovoltaïques spécifiques fabriqués avec la technologie de S’Tile. Pour l’entreprise, il s’agit d’automatiser les différentes étapes de fabrication, afin d’avoir une meilleure qualité du produit. Dans un second temps, une réflexion s’opèrera sur l’incorporation de cellules plus avancées.

S’Tile étant le coordinateur du projet, chaque partenaire aura un rôle à jouer. La réalisation du projet s’effectuera selon 5 pôles d’activité :

La conception de modules personnalisés, par des recherches et un développement des composants et de leurs designs. L’Université technique de Vienne axera ainsi son travail sur la recherche et l’assemblage des cellules.

La fabrication de cellules i-cells et de chaines de cellules, qui sera entreprise par S’Tile qui mettra à disposition sa technologie.

La fabrication de modules et leur caractérisation, qui développera le processus de personnalisation des modules plats et incurvés. La qualification et calibration des produits sera, ici, effectuée.

L’intégration des produits à deux types de marchés : le BIPV et l’éclairage public. Les produits seront développés sur la base des design et performances offert par la technologie de S’Tile et la production établie par Gautier SAS, s’agissant de la fabrication modules plats et incurvés, afin de récupérer davantage de surface sur les bâtiments.

La réplication des produits sur le marché
L’intégration des produits au BIPV et à l’éclairage public démontrera les effets de ce projet dans un environnement opérationnel. Elle serait effectuée par DST Cleantech à petite échelle, tandis qu’Acciona, sera chargée de répliquer des projets sur des sites plus importants. Des projets de bâtiments, en France et en Espagne pour le BIPV, et un projet d’éclairage public sur un pont à Huelva, notamment, sont ainsi étudiés.

 

L’objectif de ce projet est d’avoir un retour réel sur les applications pratiques de notre technologie et, d’ainsi, pouvoir l’analyser par rapport à d’autres technologies plus standards.

*Bâtiments Industriels et Photovoltaïque

 

➡ Retrouvez toutes nos actualités et celles de notre écosystème sur
nos réseaux sociaux Facebook, LinkedInTwitter et Google+

Posté dans S'Tile, TOUT | Tagged , , , , , , , , , , | Commentaires fermés sur S’Tile, lauréat d’un projet européen avec STILORMADE

Les produits S’Tile

Connaissez-vous bien S’Tile ? Ce mois-ci, nous vous en disons plus sur nos gammes de produits et nos moyens utilisés pour les produire.

Les modules en commercialisation

S’Tile a récemment défini ses gammes de produits avec des modèles customisés et des modèles standards. Nous vous en parlions dans un article précédent. En tout, ce sont 5 types de modules qui seront disponibles à la vente.

Les modules customisés

3 modules sont disponibles : 25, 100 et 200 watts. Ils sont, principalement, destinés aux marchés du solaire intégré au bâti (BIPV), des lampadaires solaires et des infrastructures urbaines qui sont en demande de solutions qui allient esthétique et performances en termes de puissance par unité de surface. Ces modules off grid peuvent adopter notre nouveau design « feuille » ou être des modèles finger droits. Notre équipe est, actuellement, en conception de nouveaux visuels, prévus pour la rentrée.

IMG_20160517_120711(2)
Modèle customisé, Design Feuilles

Les modules standards (1,6 x 0.9 m² ou 1,9 x 1 m²)

2 types de modules destinés au marché du résidentiel et commercial pour les clients exigeants : de 270 à 300 watts sur 60 cellules, ou de 340 à 360 watts sur 72 cellules. Ces modules, fingers droits, d’une performance unique sont calibrés par des machines soigneusement sélectionnées.

IMG_20160517_121001(1)

Modèle Standard, Finger Droit

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les machines à disposition

Récemment, nous avons fait l’acquisition de deux machines chargées de tester et de qualifier les produits. Nous possédons, ainsi, un équipement d’inspection par électroluminescence, qui permet de tester la qualité du module et une machine flasher effectuant une mesure de la performance électrique des modules.

 

➡ Retrouvez toutes nos actualités et celles de notre écosystème sur
nos réseaux sociaux Facebook, LinkedInTwitter et Google+

 

Posté dans S'Tile | Tagged , , , , , , | Commentaires fermés sur Les produits S’Tile